Les Gérard Cochet de la Piscine

15.00

Catégorie :

En 2009, les descendants du peintre et graveur Gérard Cochet (1888-1969) faisaient don au musée de Roubaix de 102 œuvres sur papier, préparatoires à des costumes ainsi qu’à des décors pour des spectacles lyriques donnés à l’Opéra-Comique. Ces dessins concernent plus spécifiquement trois oeuvres : Manon Lescaut de l’abbé Prévost et Jules Massenet (1938), Les Noces de Figaro de Mozart (1939) et Amphytrion 38 de Jean Giraudoux et Marcel Bertrand (1944). Entre 1938 et 1949, Cochet travaillera ainsi à plusieurs reprises pour la salle Favard. On lui doit également les costumes pour Mesdames de la Halle d’Offenbach (1940) ainsi que pour Le Oui des jeunes filles de René Fauchois et Reynaldo Hahn. Ces créations, bien accueillies par la critique, représentent en quelque sorte l’acmé de la carrière de décorateur de Gérard Cochet. Il avait, en effet, précédemment réaliser plusieurs décors pour des bâtiments publics et, en qualité de peintre de la marine, contribué à la décoration de plusieurs vaisseaux.

Né à Avranches, Gérard Cochet grandit à Nantes où il s’initia très jeune à la peinture avec son ami Amédée de La Patellière (1890-1932) auprès d’un artiste local, tout en poursuivant des études classiques. En 1909, avec l’assentiment de ses parents, il décide de se consacrer uniquement à la peinture et se rend à Paris. Il s’inscrit à l’Académie Julian et ambitionne d’entrer à l’école des Beaux-Arts. Pour ce jeune homme discret, ces premières années sont particulièrement délicates. En proie au doute, il peine à se défaire de son apprentissage quelque peu académique et à trouver sa propre voie vers une modernité à laquelle il aspire. C’est au modeste Salon des humoristes qu’il expose pour la première fois en 1913. Ces timides débuts sont vite interrompus par la guerre. Bien que réformé, il décide de se porter volontaire. Le 5 mai 1915, Il est grièvement blessé en Argonne et perd son œil droit. Définitivement reformé en juillet 1916, il s’initie à la gravure auprès d’André Dauchez et pratique la céramique au sein de l’atelier Lachenal. De la première, il apprendra le sens de la synthèse et la seconde lui permettra de gagner en spontanéité. Au début des années 1920, il s’affirme comme graveur de premier plan, multipliant les illustrations notamment pour les éditions Crès et Grasset. En 1924, il est récompensé pour son œuvre gravé par le prix Blumenthal. Membre fondateur de la Jeune Gravure Contemporaine en 1929 et membre des Peintres-Graveurs Français à partir de 1946, il illustre de nombreux ouvrages de bibliophilie. Parallèlement à sa carrière de graveur, il développe également sa peinture. Une première exposition personnelle lui est consacrée par la galerie Briand-Robert en 1927. Son œuvre peint le rapproche de la Jeune Peinture Française dont les membres les plus représentatifs sont Dunoyer de Segonzac, Marcel Gromaire, Charles Dufresnes, ses amis Yves Alix et Robert Lotiron… . Ce mouvement informel incarne pour le critique Claude Roger-Marx une certaine « mesure française ». Ils élaborent un réalisme renouvelé et affirment un certain sensualisme. Il n’est pas ici question, de « retour à l’ordre », la plupart de ces peintres s’inscrivaient dès avant-guerre dans un réalisme construit, instruits des leçons du cubisme et de Cézanne mais regardant aussi Corot, Courbet ou Delacroix comme Gauguin, Manet ou Bonnard. Gérard Cochet développera plusieurs thématiques, Il sera le peintre des paysages et des paysans de la Manche, des champs de course, des intérieurs bourgeois et évoquera aussi régulièrement l’univers du théâtre et de la musique, qu’il affectionna tant et que cette exposition met en valeur.

Auteur

Amandine Delcourt

Taille

16.3 X 23.6 CM

Date de publication

Mars 2022

ISBN

9789461617187

Pages

144

Format

Broché

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les Gérard Cochet de la Piscine”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.